légion étrangère et photo de voyage

CHANSONS

19:58, 19/08/2006 .. 2 commentaire(s) .. Lien Permanent

                                          CHANSON

 

                                 J'ai dit à mon coeur, à mon faible coeur :

                                 N'est-ce point assez d'aimer sa maîtresse?

                                 Et ne vois-tu pas que changer sans cesse,

                               C'est perdre en désirs le temps du bonheur

                                 Il m'a répondu: Ce n'est point assez,

                               Ce n'est point assez d'aimer sa maîtresse;

                                Et ne vois-tu pas que changer sans cesse

                              Nous rend doux et chers les plaisirs passés?

                                J'ai dit à mon coeur, à mon faible coeur :

                                N'est-ce point assez de tant de tristesse?

                                Et ne vois-tu pas que changer sans cesse,

                                C'est à chaque pas trouver la douleur?

                                 Il m'a répondu : Ce n'en point assez,

                                 Ce  n'est point assez de tant de tristesse;

                                  Et ne vois-tu pas que changer sans cesse

                                  Nous rend doux et chers les chagrins passés ?    

                                               



Quand le paysan sème,et qu'il creuse la terre.

19:28, 19/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

                                     REVERIE

 

                                          

                                          Quand le paysan sème, et qu'il creuse la terre, 

                                          IL ne voit que son grain, ses boeufs et son sillon.

                                             -La nature en silence accomplit le mystère,

                                            Couché sur sa charrue,il attend sa moisson.

                                         Quand sa femme,en rentrant le soir,à sa chaumière,

                                            Lui dit:"je suis enceinte",-il attend son enfant.

                                            Quand il voit que la mort va saisir son vieux père,

                                                IL s'assoit sur le pied de la couche,et l'attend.

                                         Que savons-nous de plus?...et la sagesse humaine,

                                             Qu'a-t-elle découvert de plus dans son domaine?

                                                   Sur ce large univers ellea,dit-on,marché;

                                              Et voilà cinq mille ans qu'elle a toujours cherché!   

                                                          

 

 

                                                           

 

 

 

 



TRITESSE

18:30, 19/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

   J'ai perdu ma force et ma vie,

 

                                                      Et mes amis et ma gaieté;

                                                      J'ai perdu jusqu'à la fierté

                                                    Qui faisait croire à mon génie.

                                                    Quand j'ai connu la vérité,

                                                   J'ai cru que c'était une amie;

                                                     Quand je l'ai comprise et sentie,

                                                             J'en étais déjà dégouté.

                                                     Et pourtant elle est éternelle,

                                                   Et ceux qui se sont passés d'elle

                                                            Ici-bas ont tout ignoré.

                                                   Dieu parle,il faut qu'on lui réponde.

                                                   Le seul bien qui me reste au monde

                                                         Est d'avoir quelquefois pleuré.       



POEMES

09:52, 19/08/2006 .. 1 commentaire(s) .. Lien Permanent

Adieu!je crois qu'en cette vie.

 

 

                                                     Je ne te reverrai jamais.

                                             Dieu passe, il t'appelle et m'oublie;

                                             En te perdant je sens que je t'aimais

                                             

                                             Pas de pleurs, pas de plainte vaine.

                                                    Je sais respecter l'avenir.

                                                    Vienne la voile qui t'emmène,

                                                    En souriant je la verrai partir.

                                                   

                                                    Tu t'en vas pleine d'espérance,

                                                      Avec orgueil tu reviendras;

                                          Mais ceux qui vont souffrir de ton absence,

                                                      Tu ne les reconnaitras pas.

                                                      

                                                      Adieu!tu vas faire un beau rève 

                                                      Et t'enivrer d'un plaisir dangereueux ; 

                                                      Sur ton chemin l'étoile qui se lève 

                                                      Longtemps encore éblouira tes yeux.

 

                                                      Un jour tu sentiras peut-ètre

                                         Le prix d'un coeur qui nous comprend,

                                                       Le bien qu'on trouve à le connaitre,

                                                       Et ce qu'on souffre en le perdant       

                                                                                                    



PAUL VERLAINE

10:32, 18/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

                         MON REVE FAMILIER

 

 

 

                                         Je faits souvent ce rêve étrange et pénétrant

                              D'une femme inconnue,et que j'aime,et qui m'aime,

                                   Et qui n'est,chaque fois,ni tout à fait la même

                               Ni tout à fait une autre,et m'aime et me comprend.

 

                                  Car elle me comprend,et mon coeur,transparent

                                      Pour elle seule,hélas!cesse d'être un problème

                             Pour elle seule,et les moiteurs de mon front blème,

                                          Elle seule les sait rafraîchir, en pleurant.

 

                                Est-elle brune, blonde ou rousse?J'ignore.

                          Son nom?Je me souviens qu'il est doux et sonore,

                                    Comme ceux des aimés que la vie exila.

 

                             Son regard est pareil au regard des statues,

                         Et,pour sa voix,lointaine,et calme,et grave,elle a

                               L'inflexion des voix chères qui se sont tues.         



PAUL VERLAINE

09:45, 18/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

Voici des fruits, des fleurs,des feuilles et des branches

                                           Et puis voici mon coeur qui ne bat que pour vous.

                                           Ne le déchirez pas avec vos deux mains blanches

                                       Et qu'à vos yeux si beaux l'humble présent soit doux.

 

 

                                                     J'arrive tout couvert encore de rosée

                                               Que le vent du matin vient glacer à mon front.

                                                  Souffrez que ma fatigue à vos pieds reposée

                                                    Rève des chers instants qui la délasseront.

 

                                                   

                                                    Sur votre jeune  sein laisser rouler ma tète

                                                    Toute sonore encore de vos derniers baisers

                                                       Laissez-la s'apaiser de la bonne tempète

                                                Et que je dorme un peu puisque vous reposez.  

                                                 



PAUL VERLAINE

09:03, 18/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

     MONSIEUR  PRUD'HOMME

 

 

                                               IL est grave,il est maire  et père de famille,

                                              Son faux-col engloutit son oreille, ses yeux

                                              Dans un rève sans fin flottent insoucieux

                                             Et le printemps en fleurs sur ses pantoufles brille

 

                                            Que lui fait l'astre d'or, que lui fait la charmille

                                            Ou l'oiseau chante à l'ombre et que lui font les cieux

                                           Et les prés verts et les gazons silencieux.

                                           Monsieur Prud'Homme songe à marier sa fille,

                                       

                                          Avec Monsieur Machin,un jeune homme cossu,

                                         Il est juste milieu, botaniste et pansu

                                        Quant aux faiseurs de vers,ces vauriens,ces maroufles,

                                      

                                       Cest fainéants barbus mal peignés,il les a  

                                       Plus en horreur que son éternel coryza    

                                      Et le printemps en fleurs brille sur ses pantoufles.    

 

    



ALBERT CAMUS

14:36, 17/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

 (1913-1960) Ecrivain français, auteur de l'étranger et de la Peste, qui fut un des principaux acteurs de la vie intellectuelle de l'après-guerre.

 

Un intellectuelle engagé

 

Né en Algérie au sein d'une famille modeste, orphelin de père, Albert Camus commença des études de philosophie pendant lesquelles il subit l'influence de son ami Jean Grenier (qui lui fit notamment découvrir Nietzsche) mais qu'il dut interrompre pour raison de santé (il était atteint de tuberculose).

Parallèlement, il commença à participer à des projets dramatiques en adaptant ou en jouant des pièces de théâtre.

Pendant son bref passage au Parti communiste (1935-1936), il fonda et anima la troupe du Théâtre du Travail afin de mettre les oeuvres dramatiques classiques et contemporaines à la portée du public défavorisé.Il anima ensuite une autre troupe, le théâtre de l'Equipe, et publia sa première oeuvre, l'Envers et l'Endroit (1937), une série d'essais littéraires variés où apparaissent déjà les grands thèmes de sa maturité: la mort, le soleil, la Méditerranée, l'isolement, le destin de l'homme, le rapprochement entre désespoir et bonheur, etc.

 

A partir de 1938, Camus exerça une activité de journaliste, d'abord à Alger (Alger républicain,Soir républicain) puis à Paris (Paris-Soir),où il s'installa définitivement en 1942. C'est là que parurent simultanément et dans la clandestinité le roman étranger et l'essai le Mythe de Sisyphe (1942), deux oeuvres remarquées qui exposaient la philosophie de Camus et qui s'inscrivaient dans ce que lui-même appela le "cycle de l'absurde" (cycle complété ensuite par les pièces de théâtre le Malentendu, 1944, et Caligula,1945). Alors qu'il avait été réformé à cause de sa maladie en 1939, Camus fut très actif dans la Résistance au sein du mouvement Combat. A la Libération, il devint le rédacteur en chef du journal Combat, aux côtés de Pascal Pia, et se mit au service des grandes causes humanitaires internationales.

 

Cependant, il poursuivait son oeuvre littéraire à un rythme soutenu avec, notamment, la création de ses pièces le Malentendu et Caligula et la publication de son roman la Peste (1947) qui inaugurait le cycle de la révolte et de la solidarité, où s'inscrivent l'Etat de siège (1948) et les Justes (1949) mais surtout l'essai l'Homme révolté (1951). Ce dernier ouvrage fut à l'origine de la rupture définitive entre Camus et Jean-Paul Sartre, car elle soulignait clairement les divergences entre la pensée du premier et l'existentialisme du second.

 

En 1952, Albert Camus démissionna de son poste à l'Unesco pour manisfester sa réprobation devant la passivité de cette institution à l'égard de l'Espagne franquiste. Par la suite, en 1956, il s'engagea de nouveau en tentant d'intervenir en faveur d'une trêve dans la guerre d'Algérie.

 

Il publia ensuite la Chute (1956), où il revenait sur sa rupture avec l'existentialisme, ainsi qu'un recueil de nouvelles, l'Exil et le royaume (1957). La même année, il reçut le prix Nobel de littérature pour "avoir mis en lumière les problèmes se posant de nos jours à la conscience des hommes". Le 4 janvier 1960, en pleine gloire, alors qu'il travaillait à un autre roman, le premier Homme (posthume,1944), il se tua dans un accident de voiture.  



L'ANNEAU D'HANS CARVEL

14:05, 17/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

Hans Carvel prit sur ses vieux ans

                                   Femme jeune en toute manière;

                                   Il prit aussi soucis cuisants;

                                   Car l'un sans l'autre ne va guère.

                                   Babeau (c'est la jeune femelle, Fille du bailli 

                                   Concordat)

                                   Fut du bon poil, ardente, et belle

                                   Et propre à l'amoureux combat.

                                   Carvel craignant de sa nature

                                   Le cocuage et les railleurs,

                                   Alléguait à la créature

                                   Et la légende, et l'Ecriture,

                                   Et tout les livres les meilleurs:

                                   Blâmait les visites secrètes;

                                   Frondait l'attirail des coquettes,

                                   Et contre un monde de recettes,

                                   Et de moyens de plaire aux yeux,

                                   Invectivait tout de son mieux.

                                   A tous ces discours la galande

                                   Ne s'arrêtait aucunement;

                                   Et de sermons n'était friande

                                   A moins qu'ils fussent d'un amant.

                                   Cela faisait que le bon sire

                                   Ne savait tantôt plus qu'y dire,

                                   Eut voulu souvent être mort.

                                   Il eut pourtant dans son martyre

                                   Quelques moments de réconfort:

                                   L'histoire en est très véritable.

                                   Une nuit, qu'ayant tenu table,

                                   Et bu force bon vin nouveau,

                                   Carvel ronflait près de Babeau,

                                   Il lui fut avis que le diable

                                   Lui mettait au doigt un anneau,

                                   Qu'il lui disait...:Je sais la peine

                                   Qui te tourmente, et qui te gène;

                                   Carvel, j'ai pitié de ton cas,

                                   Tiens cette bague, et ne lâches.

                                   Car tandis qu'au doigt tu l'auras,

                                   Ce que tu crains point ne seras,

                                   Point ne seras sans que le saches.

                                   Trop ne puis vous remercier,

                                   Dit Carvel, la faveur est grande.

                                   Monsieur Satan, Dieu vous le rende,

                                   Grand merci Monsieur l'aumônier

                                   Là-dessus achevant son somme,

                                   Et les yeux encore aggraves,

                                   Il se trouva que le bon homme

                                   Avait le doigt ou vous savez.

 

Contes et nouvelles en vers par Monsieur de la Fontaine.         



LA CLOCHETTE

13:05, 17/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

O combien l'homme est inconstant, divers,

                                     Faible, léger, tenant mal sa parole!

                                     J'avais juré hautement en mes vers

                                     De renoncer à tout conte frivole.

                                     Et quand juré? c'est ce qui me confond,

                                     Depuis deux jours j'ai fait cette promesse

                                     Puis fiez-vous à rimeur qui répond

                                     D'un seul moment. Dieu ne fit la sagesse

                                     Pour les cerveaux qui hantent les neuf soeurs;

                                     Trop bien ont-ils quelque art qui vous peut plaire,

                                     Quelque jargon plein d'assez de douceurs;

                                     Mais d'être sûrs, ce n'est là leur affaire.

                                     Si me faut-il trouver, n'en fût-il point,

                                     Tempérament pour accorder ce point,

                                     Et supposé que quand à la matière

                                     J'eusse failli, du moins pourrais-je pas

                                     Le préparer par la forme en tout cas?

 

                                     Voyons ceci. Vous saurez que naguère

                                     Dans la Touraine un jeune bachelier,

                                     (Interprétez ce mot à votre guise,

                                     L'usage en fut autrefois familier

                                     Pour dire ceux qui n'ont la barbe grise,

                                     Ores ce sont suppôts de sainte église)

                                     Le nôtre soit sans plus un jouvenceau

                                    Qui dans les près, sur le bord d'un ruisseau,

                                    Vous cajolait la jeune bachelette

                                    Aux blanches dents, aux pieds nus, au corps gent,

                                    Pendant qu'Io portant une clochette,

                                    Aux environs allait l'herbe mangeant;

                                    Notre galant vous lorgne une fillette,

                                    De celles-là que je viens d'exprimer:

                                    Le malheur fut qu'elle était trop jeunette,

                                    Et d'âge encore incapable d'aimer.

                                    Non qu'à treize ans on y soit inhabile;

                                    Les lois songeaient aux personnes de ville,

                                    Bien que l'amour semble né pour les champs.

                                    Le bachelier déploya sa science:

                                    Ce fut en vain; le peu d'expérience,

                                    L'humeur farouche, ou bien l'aversion,

                                    Ou tous les trois, firent que la bergère,

                                    Pour qui l'amour était langue étrangère,

                                    Répondit mal à tant de passion.

                                    Que fit l'amant?croyant tout artifice

                                    Libre en amours, sur le rez de la nuit

                                    Le compagnon détourne une génisse

                                    De ce bétail par la fille conduit;

                                    Le demeurant, non compté par la belle,

                                    (Jeunesse n'a les soins qui sont requis)

                                    Prit aussitôt le chemin du logis;

                                    Sa mère étant moins oublieuse qu'elle

                                    Vit qu'il manquait une pièce au troupeau:

                                    Dieu sait la vie; elle tance Isabeau

                                    Vous la renvoie, et la jeune pucelle

                                    S'en va pleurant, et demande aux échos

                                    Si pas un d'eux ne sait nulle nouvelle

                                    De celle-là dont le drôle à propos

                                    Avait d'abord étoupé la clochette;

                                    Puis il la prit, et faisant la sonner

                                    Il se fit suivre, et tant que la fillette

                                    Au fond d'un bois se laissa détourner.

                                    Jugez, lecteur, quelle fut sa surprise

                                   Quand elle ouit la voix de son amant.

                                   Belle, dit-il, toute chose est permise

                                   Pour se tirer de l'amoureux tourment;

                                   A ce discours, la fille toute en transe

                                   Remplit de cris ces lieux peu fréquentés;

                                   Nul n'accourut. O belles évitez

                                   Le fond des bois et leur vaste silence.

 

 Contes et nouvelles en vers par Monsieur de La Fontaine           

  



MARCEL PAGNOL

17:41, 16/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

MARCEL PAGNOL est né à Aubagne, le 28 février 1895.

Marcel Pagnol a raconté dans les trois volumes qui composent son autobiographie (La Gloire de mon père, Le Chateau de ma mère, Le temps des secrets) son enfance et son adolescence provençales.

Ce fils d'instituteur public fit ses études au lycée Thiers de Marseille, puis obtint sa licence d'anglais et devint professeur à Aix-en-Provence; il enseigna ensuite à Paris, au lycée Condorcet.

Il se découvrit très jeune une passion pour l'écriture dramatique, et devait publier dès 1922 un drame en vers : Catulle.Il fonda également la revue Fortunio, ancetre des cahiers du sud.

Après deux pièces écrites en collaboration avec Paul Nivoix, Tonton et Les Marchands de Gloire, qui furent représentées à Paris, Marcel Pagnol atteignit au succès avec les deux premières pièces qu'il composa seul: Jazz (1927), et surtout Topaze ( 1928), l'une des pièces plus constamment reprises du répertoire contemporain.

La suite de sa carrière devait se partager entre le théatre et le cinéma, ce qui allait faire de lui le maitre du "théatre filmé", grace en particulier à sa célèbre trilogie marseillaise: Marius,Fanny et César, écrite pour la scène avant qu'il l'adapta pour l'écran. Au septième art, il donna entre autres: Merlusse,Cigalon, Le Schpountz, La fille du puisatier, La Belle meunière, Manon Des Sources, ainsi que plusieurs films inspirés de l'oeuvre d'un autre provençal, Jean Giono: Angèle, Regain, La Femme du boulanger.

Il fut servi par les plus grands interprètes de l'époque: Louis Jouvet, Raimus, Pierre Fresnay, Fernandel. Dramaturge et poète, Marcel Pagnol a su faire revivre dans son oeuvre une provence vivante, dépeignant entre rire et émotion l'ame et les moeurs méridionnales.

Son talent , qui dépassait les frontières, l'avait immortalisé dès avant son élection à l'Académie, à quarante-sept ans seulement, le 4 avril 1946, par quinze voix au fauteuil de Maurice Donnay, qui avait occupé son siège de 1907 à 1945. Sa réception, le 27 mars 1947, par Jérome Tharaud, fut filmée, ce qui constituait une première dans l'histoire de l'Académie française. François Mauriac a tracé de lui, dans son bloc-notes, un portrait amical : "Pagnol, le seul à ne pas avoir de socle.

Il semble s'etre glissé dans cette antichambre de l'éternité en passant par la fenetre, le seul qui sente l'air du dehors". Mort le 18 avril 1974. 



MOLIERE

09:56, 15/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

 MOLIERE est né à PARIS le 15 Janvier 1622 et mort le 17 Février 1673.

Auteur le plus joué depuis la création de la comédie Française, figure tutélaire et symbole du théatre français et de la troupe, MOLIERE concentre dans son nom mémoire,renouvellement et jeunesse du répertoire de la comédie française.

Il dépasse d'histoire et l'anecdote . S'il n'a pas connu la comédie française, sa vie d'homme de théatre en a préparé la création.

Fils de JEAN POQUELIN , valet de chambre et tapissier ordinaire de la maison du Roi JEAN-BATISTE POQUELIN qui prendra plus tard le pseudonyme de MOLIERE.



ADELE FOUCHER

14:07, 13/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

ADELE FOUCHER née en 1805 et mort en 1868.

VICTOR HUGO se marie avec ADELE FOUCHER son amour de jeunesse ,dont il a eu 5 enfants,et qui devra plus tard  le partager avec sa maitresse à vie JULIETTE DROUET.Tenté par l'alliance du sabre et du goupillon,comme en définit plus tard la monarchie,VICTOR HUGO est peut etre en bonne vie pour devenir Chateaubriand, n'est certainement pas encore lui meme.



VICTOR HUGO

13:55, 13/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent

VICTOR HUGO est né à BESANCON en 1802 en pleine épopée napoléonienne,VICTOR MARIE HUGO admirait son père qui sera comte et général d'empire(mon père,ce héros au sourire si doux).Il grandit sous le "triple rayon" d'une enfance de poète:un jardin,un vieux pretre et sa mère[SOPHIE TREBUCHET 1722-1821](des rayons et des ombres).

Ces études dans l'un des meilleurs lycées de PARIS (de LOUIS-LE-GRAND)lui permette de se faire connaitre  encore jeune avec son premier recueil de poète: ODES (1822) pour lequel il obtiendra une pension de LOUIS XVIII.



FAUBERT

10:49, 13/08/2006 .. 1 commentaire(s) .. Lien Permanent

Je répond a la question sur faubert:

 

JEAN FAUBERT Est le petit fils de Ida Faubert et l'arrièrre petit fils du Président Salomon Ida Faubert est née à port au Prince(HAITI) le 14/02/1882/ Fille du Président Salomon.

A vécu en France de 1914 à 1969 Palmes accadémiques Prix Jacques Normand.



EXEMPLE

10:03, 13/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
 EXEMPLE DES ANCIENS MILITAIRE

LEGION ETRANGERE

09:48, 13/08/2006 .. 1 commentaire(s) .. Lien Permanent

Les bérets vert

Innitialement cette coiffure n'était portée  que par  les légionnaires des bataillons étrangers de parchutistes. Son apparition ne date  donc que de la guerre d'Indochine.C'est à partir de la guerre d'Algérie,que son usage fut généralisé à l'ensemble de la légion.2éme Régiment de parachutiste,décorations:Croix de guerre des T.O.E. avec 6 palmes.Fourragère aux couleurs de la légion  d'honneur.



LISBONNE

20:26, 12/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
 Le chateau de LISBONNE.

PORTO

20:25, 12/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
 La cathédrale de PORTO.

BRAGA

20:25, 12/08/2006 .. 0 commentaire(s) .. Lien Permanent
Le jardin de BRAGA.

{ Page Précédente } { Page 1 à 3 } { Page Suivante }

Qui suis-je?

Accueil
Mon Profil
Archives
Amis
Mon Album Photo

Liens

skyblog
dany
14vc074
14ET170
http://Livre dor
http://www.i-services.net/menbres
oscar21
rosa45
DANY12
dany4
DANY

Catégories

légion

Articles Récents

CHANSONS
Quand le paysan sème,et qu'il creuse la terre.
TRITESSE
POEMES
PAUL VERLAINE

Amis